Conference news: Nouvelles du colloque

On Thursday and Friday we hosted the first conference of the Franco-British network entitled ‘Channel Connections’. The event was a roaring success, watch this space for more information about the wide range of stimulating discussions that went on during the two days. As a teaser, check out this storify for a summary of some of the wonderful twitter activity that was going on during the conference: https://storify.com/AnnaJenkin/channel-connections-11-12-th-september-2014#publicize

 

Nous avons accueilli le premier colloque du réseau Franco-Britannique ce jeudi et vendredi, sous le titre ‘de l’autre côté de la manche.’ C’était un grand succès, et vous trouverez ici bientôt des rapports concernant les discussions variées qui ont eu lieu. Mais, pour commencer, vous pouvez suivre un ‘storify’ de la forte activité sur twitter durant les deux journées du colloque. https://storify.com/AnnaJenkin/channel-connections-11-12-th-september-2014#publicize

Advertisements
Posted in news | Leave a comment

Why do comparative studies of France and the British Isles in the seventeenth and eighteenth centuries?/ Pourquoi faire des études comparatives de la France et les Iles Britannqiues au 17e et 18e siècles?

 

EN FRANCAIS AU DESSOUS

This network has been set up with the central aim of encouraging discussions between scholars of France and the British Isles during the seventeenth and eighteenth centuries. Such discussions will hopefully provide an important context for scholars of both nations. But why is such a context important? What can we learn by thinking about these two nations in comparison with one another?

We have come a long way from Marc Bloch’s 1923 article ‘Towards a comparative history of societies’. Bloch saw comparative methodologies as based very much upon comparing statistics on economic dynamics and population changes representing two different ‘nations’. While excellent work has been produced in this mould for seventeenth and eighteenth century Britain and France, in particular by Georges Rudé, such an approach has not been without its problems. Most important is the question of whether the societies of Britain or France can really be described as ‘nations’ for these centuries; are they instead a disparate structure of interlocking and clashing groups, affected in different ways by European, national and local dynamics of change?

There is more to comparison, then, than comparing columns in a spreadsheet. Yet there has been a considerable amount of unease from historians towards the possibilities of comparative cultural history. Such unease comes from a wider definition of culture as the icing on the top of the societal cake, while cultural historians are instead redefining it as a central ingredient: that is to say, culture is not merely the product of social and economic dynamics, it influences as much as it is influenced. Therefore comparing cultures is not so different from comparing economies: it requires a rigorous self-awareness that developments did not occur in a vacuum, but can also be equally fruitful. It must also be remembered that literary scholars and art historians, unencumbered by dubious cake metaphors, have been happily and successfully comparing cultural products of Britain and France for decades. Historians are perhaps overthinking the obstacles of comparative cultural history, and should instead just get on with it.

Yet while drawing upon both French and British cultures has proven fruitful, it is important not to deal with the cultures interchangeably. Such an approach misses out on a great deal of analytical opportunities by failing to recognise that just because cultural outputs from the two nations follow similar media forms, and often draw upon similar tropes, the dynamics behind the creation of the works may not be the same. Works which are essentially on Britain OR France rather than Britain AND France will miss half of the story. But at the same time that we seek to distinguish British and French culture, however, we must also remember that neither existed in a vacuum, and a number of new works (including those created by network members) illustrate the importance of interactions between the two nations on separate developments in each.

France and Britain make excellent partners for comparison, more so, I would (perhaps foolishly) suggest, than any other two contemporary European nations. The differing political events of the seventeenth and eighteenth centuries in these two nations interacted with wider European dynamics of urbanisation, economic growth and collapse, industrialisation, population growth, rises in literacy and printing and religious pluralisation to create two societies at once utterly unique and yet also closely connected to each-other. The different results of the English Civil War and the Fronde set the two nations on dramatically different political paths, with each becoming a sort of anarchic spectre used to enforce order in the other. While both experienced widespread urbanisation and economic growth, both spent a great deal of time embroiled in naval warfare (with eachother) and both underwent the cultural developments of the Enlightenment, the events of the eighteenth century drew the two nations towards very different finales. While print production in Britain spiralled following the expiry of the licensing act, in France much printing remained underground as absolutist censorship continued to control much cultural production.

Comparative history, or at least the provision of a comparative context, allows the scholar to single out particular developments or dynamics as unique and as more likely to have been the driving force behind particular historical events or cultural products. France and Britain, with such essential similarities and differences, and communities that were so integrally interwoven throughout the period, provide excellent counterparts to one another.

This network is still in an early stage, but already boasts over 100 members, and has attracted interest from a variety of other institutions and organisations. Several scholars have been in touch to say how important such an organisation will be. What are readers’ thoughts on the contribution that this network can make to current research? Do you agree with Britain and France as historical subjects providing particularly special opportunities for comparison? How do you justify a French/British focus within your own work?

If you have a problem publishing comments, send them to hip12acj@sheffield.ac.uk

 

 

Ce réseau a été fondé dans le but fondamental d’encourager les échanges entre les chercheurs sur la France et les Îles Britanniques des 17e fourniront un cadre important pour les spécialistes des deux nations. Mais pourquoi un tel cadre est si important ? Que pouvons-nous apprendre en comparant ces deux nations ? Nous avons beaucoup avancé depuis la publication en 1923 de l’article de Marc Bloch, « Vers une histoire comparative des sociétés ». Bloch envisageait une méthodologie comparative fondée sur la comparaison des chiffres des dynamiques économiques et des changements des populations de deux nations distinctes. Même si on trouve des ouvrages excellents suivant cette méthode pour la France et les Iles Britanniques de cette période, en particulier celui de Georges Rudé, une telle approche ne va pas sans problèmes. Le principal réside dans le fait de définir les sociétés britannique et française de cette période comme des « nations » ; ne seraient-elles pas davantage des structures disparates de groupes à la fois entrelacés et opposés, touchés de manière différente par les changements à l’échelle européenne, nationale et locale.

Effectuer une telle comparaison est beaucoup plus complexe que d’opposer deux colonnes dans une feuille de calcul. A opérer une histoire comparative culturelle, on s’heurte à un grand nombre de difficultés. Ces dernières découlent d’une définition de la culture comme la cerise sur le gâteau sociétal, tandis que les historiens sont en train de la redéfinir comme l’un de ses ingrédients, certes fondamental. Autrement dit, la culture n’est pas simplement le produit de dynamiques sociales et économiques ; elle influence autant qu’elle est influencée. En conséquence, comparer deux cultures n’est pas si différent que de comparer deux économies : il est important de garder à l’esprit que ces développement s’inscrivent dans un contexte particulier, et une telle comparaison peut être aussi fructueuse. Il est important de se rappeler que les spécialistes littéraires et de l’histoire de l’art (dépourvus des métaphores des gâteaux !) ont comparé les produits culturels français et britanniques depuis plusieurs décennies avec beaucoup de succès. Il se peut que les historiens s’attardent trop sur les obstacles qui se dressent devant eux et devraient avancer en s’y confrontant.

Cependant, même si une approche se focalisant sur les cultures française et britannique a été féconde, il est important de ne pas traiter de ces deux cultures de manière interchangeable. Un telle approche manque en effet beaucoup d’opportunités analytiques en négligeant de reconnaître que les similarités des genres et des motifs dans la culture française et britannique n’impliquent pas une similarité des processus qui y conduisent. Les ouvrages portant essentiellement sur la Grande Bretagne OU la France plutôt que la Grande Bretagne ET la France manquent la moitié de l’histoire. Pointer les différences entre ces deux cultures ne doit pas amener à omettre les connections qui existent entre elles. Une série de nouveaux ouvrages (y compris les ouvrages des membres de ce réseau) démontrent en effet l’importance des interactions entre ces deux pays dans leur développement respectif.

La France et la Grande-Bretagne forment un couple idéal pour la comparaison, plus que, je suggérais (peut-être bêtement), n’importe quelle autre nation européenne contemporaine. Le fil des événements politiques des 17e et 18e siècles au sein de ces deux nations a interagi avec les changements à l’échelle européenne (comme l’urbanisation, la croissance économique, l’industrialisation, la croissance démographique, l’alphabétisme et l’imprimerie et la pluralisation religieuse) aboutissant à la formation de deux sociétés à la fois très différentes et interconnectées. Les résultats différents de la guerre civile anglaise et de la Fronde ont placé les deux nations sur des chemins politiques dramatiquement différents, chacun se servant de l’autre comme contre-modèle. Même si ces deux pays ont expérimenté l’accroissement urbain et la croissance économique, passé beaucoup de temps entraîné dans les guerres navales (luttant contre l’autre), et été touché par les développements culturels des Lumières, les événements de la fin du 18e siècle ont mené ces deux pays à un aboutissement très différent.

Bien qu’en Grande Bretagne la production des imprimés ait grandi dramatiquement après l’expiration de l’acte d’autorisation, en France, une large partie de la production des imprimés restait cachée, parce que la censure absolutiste continuait à contrôler une large part de la production culturelle. L’histoire comparative, ou du moins l’introduction d’un contexte comparatif, permet au spécialiste d’identifier des dynamiques historiques profondes au-delà des spécificités historiques et culturelles. La France et la Grande Bretagne, qui avaient des similarités et des différences si importantes, et qui contenaient des communautés qui étaient étroitement interconnectées tout au long de la période, sont les partenaires idéaux pour une telle méthode.

Ce réseau est encore très jeune, mais comprend déjà plus d’une centaine de membres. Des institutions et organisations variées ont manifesté beaucoup d’intérêts à son égard. Plusieurs spécialistes m’ont contacté pour exprimer le grand potentiel qu’ils voyaient dans cette organisation. Je demande au lecteur ce qu’il pense de la contribution de ce réseau à la recherche historique. Êtes-vous d’accord avec l’argument selon lequel la France et la Grande- Bretagne seraient des partenaires idéaux pour une étude comparative ? Comment justifiez- vous une concentration sur la France et la Grande Bretagne dans vos propres recherches ?

Si vous rencontrez un problème pour publier les commentaires, envoyez-les à

hip12acj@sheffield.ac.uk

 

Posted in blog articles | Leave a comment

Welcome to the network! Bienvenu au reseau!

(En francais au dessous)

Welcome to the website for the Franco-British network for seventeenth- and eighteenth-century research. This page will feature research blogs from members and will also act as a forum for online discussion. If you would like to write a blog for the network, or if you have any questions that you would like to ask of/debate with your fellow franco-british scholars please email hip12acj@sheffield.ac.uk

 

Bienvenue sur le site du réseau Franco-britannique des chercheurs du 17e et 18e siècles. On trouvera sur cette page des ‘blogs’ de recherche des membres ainsi qu’un forum pour la discussion en ligne. Si vous aimeriez écrire un blog pour le réseau, ou si vous avez des questions que vous voulez demander aux autres chercheurs, ou des sujets de débats importants, contactez hip12acj@sheffield.ac.uk

Posted in news | Leave a comment